• Region 2
  • Region 1
  • Region 3
  • Region 4
photo
idf_1
idf_3
idf_4
Erreur
  • Erreur lors du chargement des données de flux.

Le port d’Achères – PSMO : au service de l’emploi et du développement économique.

  Vendredi, 14 Novembre 2014 17:06
Actualité / Région Ile-de-France

Depuis le 15 septembre, le débat public relatif au projet Seine Métropole est engagé. Déjà, plusieurs réunions territoriales ont été organisées et de nombreux sujets ont été évoqués.

Parce qu'il ouvre le Grand Paris vers la mer et qu'il s'appuie sur le développement du nouveau Grand Paris et les chantiers du Grand Paris Express, le projet de PSMO a des impacts économiques certains, à moyen et à long termes.

Dans la période de crise que nous traversons, les attentes du Conseil Régional d'Ile-de-France et des ses élus sont grandes car la tradition industrielle de l'Ile-de-France traverse une crise profonde.

En 20 ans, l'emploi salarié dans l'industrie a été divisé par deux. Quant aux industries franciliennes de construction automobile, elles fabriquaient en 2000 environ 1 million de voitures, contre 500.000 en 2008.

Aujourd'hui, l'Île-de-France lutte pour la réindustrialisation, par le biais, notamment des comités stratégiques de filières, le soutien aux pôles de compétitivité ainsi qu'aux projets structurants et à fort potentiel.

D'intérêt régional, PSMO participera à l'activité et au développement économique de l'Ile-de-France, et ce pour plusieurs raisons :

  1. Le projet répond aux priorités régionales dans les domaines du fret et de la logistique
  2. Le projet est créateur d'emplois
  3. Le projet participe au développement local
  4. Le projet développe des filières innovantes
  5. Le projet conforte une économie circulaire

1. Le projet est en adéquation avec les priorités de la Région énoncées lors des Assises régionales du Fret et de la Logistique de juin 2011

Le projet PSMO s'appuie sur le développement du nouveau Grand Paris et ses besoins en granulats supplémentaires (5 millions de tonnes par an à horizon 2020) et les chantiers du Grand Paris Express (11 millions de tonnes de déblais entre 2020 et 2026). Pour rappel, le BTP est le premier employeur privé régional avec 153.000 salariés.

PSMO participe ainsi à la structuration économique de la Vallée de la Seine (Axe Seine) du fait des besoins d'importations de ses granulats.

Par ailleurs, PSM est complémentaire des autres grandes plateformes franciliennes que sont Gennevilliers (plateforme historique du cœur d'agglomération axé sur les activités industrielles, du BTP, des produits valorisables, de logistique à prédominance urbaine) et Limay (plateforme accueillant des industries et éco-activités).

PSMO vise également à rééquilibrer géographiquement l'appareil logistique francilien, essentiellement implanté à l'Est, et desservi par voie routière, en développant une offre logistique importante et durable, en lien direct avec la voie fluviale et embranchée fer.

La mise en œuvre de ce nouveau port participera au développement économique territorial et à l'amélioration de la circulation des matériaux et marchandises utiles à la construction et, par-là, à l'économie francilienne.

2. Le projet est créateur d'emplois

Le fonctionnement d'une plateforme portuaire nécessite des compétences très diversifiées. A travers notamment la zone d'activités de 50 hectares, des emplois directs, de l'ordre de 500 à 1000, sont envisagés auxquels s'ajouteraient des emplois indirects. On estime que pour 500 emplois directs créés, 1000 emplois indirects sont créés. A très long terme, entre 3000 et 5000 emplois cumulés devraient être crées sur les deux sites de PSM.

Le sujet de l'emploi est primordial pour l'acceptabilité du PSMO sur le territoire. Port de Paris devra apporter des précisions relatives au calendrier d'implantation des activités et aux types d'activités développées.

Toujours dans le domaine de l'emploi, le développement de la logistique fluviale, qui sera accéléré avec la réalisation de PSMO, est au cœur des priorités fixées par le « PACTE pour l'emploi, la formation et le développement économique sur le territoire de Seine Aval »

Différents acteurs sont mobilisés pour le développement d'une filière économique fortement créatrice d'emplois :

  • La Ville de Conflans-Sainte-Honorine a pour projet de constituer un pôle de formation autour des métiers du fluvial en s'appuyant sur le lycée Simone Weil et le Centre de formation de l'AFT-IFTIM au Tremblay-sur-Mauldre ;
  • La plateforme de prêt d'honneur Val de Seine Initiative dispose d'un fond spécifique pour les créateurs d'entreprise dans le secteur ;
  • L'AUDAS a fait une étude sur la filière logistique en Seine Aval
  • L'EPFY a mené également une étude sur la partie formation dans la logistique fluviale avec un financement de la Région Ile-de-France ;
  • Et, l'EPAMSA s'est positionné sur la logistique dans le cadre de l'Appel à Projet « Cluster du Grand Paris » de la DIRECCTE et travaille sur un pôle de logistique innovante.

3. Le projet participe au développement local.

Aujourd'hui, le territoire de Confluence Seine-Oise souffre d'un déficit d'activités économiques que PSMO peut en partie combler car le développement du site s'échelonne jusqu'à 2035.

Donc, inévitablement, le projet PSMO participera au développement local :

  • Sur 30 hectares, autour de la darse avec l'exploitation de la carrière de granulats par GSM, et la transformation/valorisation des matériaux de déconstruction. Au cœur de cette darse, un quai à usage partagé proposera un service de transbordement de matériaux et de marchandises aux entreprises locales ;
  • Sur 13 hectares, avec la production d'éléments préfabriqués et de produits semi-finis, permettant la relocalisation d'entreprises déjà implantées localement ;
  • Et, sur 7 hectares, proches de la ville d'Achères, avec des activités d'appui et de services aux entreprises ;
  • En outre, la Région Ile-de-France est favorable à des synergies entre les activités du futur port et celles de la station d'épuration, implantée sur la même rive.

4. Le projet s'appuie sur des filières innovantes en développement

Pour la Région Ile-de-France, PSMO doit être envisagé comme un outil du développement économique du territoire d'accueil que sont la Confluence-Seine-Oise et le Contrat de Développement Territorial (CDT) Confluence.

Dans ce cadre, un pôle fluvial innovant devra être constitué en lien avec les activités du territoire et le développement de nouvelles filières comme l'éco-construction, les éco-matériaux et le recyclage des déchets.

La Région Ile-de-France envisage également PSMO comme créateur de valeur au territoire de la Plaine d'Achères fortement fragilisée car longtemps vouée à recevoir les boues d'épandage des eaux usées de l'agglomération parisienne.

5. Le projet s'inscrit dans une économie circulaire à conforter

L'approvisionnement des chantiers du Grand Paris et la valorisation des déblais de chantier en remblaiement de carrières sont au cœur du projet de PSMO. L'occasion est donc trouver de conforter cette économie circulaire et de l'adapter au Plan régional de prévention et de gestion des déchets de chantier du BTP (PREDEC - en cours d'enquête publique - adoption prévue en 2015).

En 2011, le transport de déchets de chantiers (essentiellement des déblais) par voie fluviale a concerné 35 ports de chargement pour une quantité totale de 2,5 millions de tonnes. Cette quantité est faible si on la met au regard des 20 millions de tonnes de déblais produits en 2010 et qui sont transportés essentiellement par voie routière.

Il n'en reste pas moins qu'elle représente des enjeux environnementaux et économiques importants notamment au vu de la forte augmentation du gisement de terres excavées dans les prochaines années à venir (on parle de 35 Mt/an d'ici 2026).

C'est pour cette raison que le PREDEC fixe les objectifs suivants :

  • Horizon 2020 : au minimum maintenir les quantités de déchets de chantier du BTP transportées par voie d'eau, soit 2,5 millions de tonnes par an ;
  • Horizon 2026 : avec l'arrivée des nouvelles infrastructures portuaires de l'ouest parisien, augmenter le transport par voie d'eau pour atteindre les 4 millions de tonnes par an.

La Région appelle aussi à la création d'une véritable filière économique de recyclage des déblais sur site pour éviter les extractions croissantes hors Ile-de-France et leur transport à PSMO ce qui inscrira ainsi le port dans une dynamique durable d'économie circulaire des matériaux.

Pour conclure.

Le PSMO devrait permettre aux acteurs français de gagner en compétitivité avant d'être confronté à la concurrence des acteurs du Nord de l'Europe lors de la mise en service du Canal Seine Nord Europe, relancé par le Premier Ministre le 26 septembre dernier.

Le projet de Port Seine Métropole deviendra également l'espace portuaire et logistique pivot entre les ports normands et franciliens, pour impulser l'organisation en réseau de la Vallée de la Seine ('Axe Seine). Il positionnera l'Ile-de-France en un carrefour européen du fret fluvial.


 
Plus d'info