• Region 2
  • Region 1
  • Region 3
  • Region 4
photo
idf_1
idf_3
idf_4
Erreur
  • Erreur lors du chargement des données de flux.

« La Seine et le Grand Paris » Intervention prononcée lors du Colloque de l’association « La Seine en partage » (13.11.2014)

  Vendredi, 14 Novembre 2014 12:57
Actualité / Région Ile-de-France

Mesdames, Messieurs,

Depuis la promulgation, le 3 juin 2010, de la loi relative au Grand Paris, la réorganisation territoriale de l'Ile-de-France suscite, dans le même temps, des inquiétudes légitimes et un enthousiasme certain.

Si, les atouts et les talents du Grand Paris sont nombreux, il est nécessaire aujourd'hui de les faire prospérer mais surtout de les partager et faire connaître. C'est tout le projet du colloque de ce jour, dont l'ambition est de contribuer à porter l'un des plus grands défis d'aménagement du territoire que notre pays se lance : le Grand Paris et l'aménagement de la Vallée de la Seine.

Le Grand Paris est un projet visant à transformer l'agglomération parisienne en une grande métropole mondiale et européenne du XXIe siècle et à ouvrir Paris à la mer. C'est un fait européen, et même mondial : les grandes villes, les métropoles sont le moteur de l'économie.

Il est donc logique que la région parisienne, qui représente un peu plus du sixième de la population française et près du tiers de son produit intérieur brut, soit dotée d'un projet ambitieux, et de moyens (20 milliards d'euros d'investissement d'ici 2025 dans la construction d'un métro automatique) à la hauteur de son poids économique, intellectuel et touristique, pour rivaliser avec les grandes métropoles mondiales comme New York ou Shanghai, voire en Europe avec Berlin, Londres ou Barcelone.

L'objectif : créer de l'emploi et construire 70000 logements par an.

L'enjeu : proposer une qualité de vie attractive de ce territoire dépassant les frontières de la région francilienne d'ici 2025.

L'Ile-de-France connaît bien des spécificités, notamment avec la concentration de nombreux lieux de décisions avec la présence du pouvoir central, de la Région, de la Ville de Paris et des 7 autres départements franciliens, de plus de 1200 communes et des intercommunalités de plus en plus puissantes.

Région dynamique, elle connaît également de fortes disparités de richesse et d'importants déséquilibres sociaux et territoriaux, que les pouvoirs publics tentent de résorber depuis plusieurs années.

Un projet historiquement local.

Plusieurs facteurs ont donc concouru au développement de l'idée du Grand Paris, à la fois au niveau décentralisé et de l'Etat. Les collectivités territoriales ont commencé à se concerter sur ces questions au sein de la Conférence métropolitaine puis à Paris Métropole. Soucieux de participer à ces débats, le Conseil Régional d'Ile-de-France s'est particulièrement impliqué, tout en défendant une vision spécifique de l'Ile-de-France 2030, à travers l'adoption de son Schéma Directeur Régional, le SDRIF, le 18 octobre 2013.

Un SDRIF qui propose de faire de la Seine à la fois « l'élément fédérateur de l'aménagement régional » et « une nouvelle échelle de la métropole qui transcende le territoire régional » :

  • élément fédérateur pour l'Ile-de-France puisque le fleuve concentre les défis majeurs du SDRIF : comment intensifier la ville et encourager le développement économique tout en restaurant les milieux naturels et en prenant en compte les risques naturels ?
  • nouvelle échelle de la métropole puisque les problématiques de la vallée de la Seine transcendent les frontières administratives, obligeant l'Ile-de-France à travailler avec les régions voisines et ouvrant le Grand Paris vers une ambition nationale, voire internationale.

L'Etat a également montré sa volonté de reprendre la main sur le développement de la région parisienne avec le lancement en 2007, d'une grande consultation internationale auprès de dix cabinets d'architectes, par la création du Secrétariat d'Etat à la Région capitale, et enfin par l'adoption de la loi Grand Paris en mai 2010, permettant notamment la création de la Société du Grand Paris.

La promulgation, le 27 janvier 2014, de la loi de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles (MAPAM) et la Communication du Premier Ministre sur le Grand Paris en Conseil des Ministres du 9 juillet 2014, nous questionnent à nouveau sur les territoires engagés dans le projet du Grand Paris et la place essentielle de l'Axe Seine. Car, les voix s'élèvent pour défendre l'intérêt stratégique du fleuve pour la compétitivité de la métropole.

« Paris, Rouen, le Havre, une seule ville dont la Seine est la Grande Rue » déclarait Bonaparte lors d'une visite au Havre le 7 novembre 1802.

L'ouverture de Paris sur la mer est donc ancienne.

En 1965, le Schéma Directeur de la Région de Paris, ancêtre du SDRIF francilien, avait une priorité : faire une région urbaine projetée vers Rouen et la Mer, par le Val de Seine dans les directions vers lesquelles Paris pourra avancer.

Cette idée est revenue au-devant de la scène, notamment par le travail d'Antoine Grumbach, dans le cadre de la consultation internationale le « Grand Pari(s) de l'agglomération parisienne » qui marque une nouvelle étape de la réflexion sur l'aménagement de la Vallée de la Seine et l'ouverture de Paris à la mer.

En Avril 2009, Bertrand Delanoë, Maire de Paris, Valérie Fourneyron et Antoine Rufenacht, alors Maires de Rouen et du Havre, affirment, leur volonté de penser et agir ensemble à la promotion du développement de la Vallée de la Seine.

Cette ambition commune sera poursuivie par Edouard Philippe, Maire du Havre depuis 2010, et Laurent Fabius, puis Frédéric Sanchez, Président de la Communauté d'agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe, et Jean-Paul HUCHON, Président du Conseil Régional d'Ile-de-France. Elle s'est notamment traduite par l'organisation des colloques du Havre le 4 mai 2010, de Rouen le 23 mai 2011 et de Paris, le 22 novembre 2012.

Depuis son lancement, le projet Axe Seine a fait l'objet de nombreux développements.

Une nouvelle gouvernance pour le développement de la Vallée de la seine, reprenant pour partie les demandes du Conseil Régional, a été mise en place en avril 2013 avec l'installation d'un Comité Directeur et d'un Délégué interministériel au développement de la Vallée de la Seine.

Une gouvernance plus démocratique, plus concertée avec les collectivités locales concernées, dont les Régions Ile-de-France, Haute Normandie et Basse Normandie, où l'on est dans l'addition et la synergie des forces pour des projets partagés.

Les priorités ont été organisées autour de trois grandes orientations. Leur mise en œuvre est tenue par le respect d'un calendrier contraint avec l'adoption d'un schéma stratégique, concomitant aux lois de décentralisation, à la préparation des contractualisations 2014/2020 (CPER, contrats de territoires) et à la mise en œuvre du programme opérationnel sur les fonds structurels européens.

Par ailleurs, les ports du Havre, de Rouen et de Paris se sont regroupées en Groupement d'Intérêt Economique, les agences d'urbanisme ont produit plusieurs études communes et les supports des colloques, les Chambres de commerce et d'industries de l'Axe Seine ont, elles aussi, fédéré les acteurs économiques, par l'animation de réseaux de professionnels.

La Vallée de la Seine, adossée au Grand Paris et ouverte sur sa façade maritime représente un 1/3 du PIB national, 15 millions d'habitants, plus de 7 millions d'emplois, dont 20% des emplois industriels, ce qui en fait le premier bassin industriel français. Elle regroupe aussi plus de 40% des chercheurs du pays, 3 pôles de compétitivités mondiaux et 7 à vocation mondiale. Ces atouts la rendent comparable aux régions les plus compétitives du monde.

Cette compétitivité est encore accrue par la formidable opportunité d'ouvrir Paris, ville-monde, à sa façade maritime et à ses ports, et par conséquent de l'ancrer toujours plus au centre des grands réseaux internationaux de flux de marchandises et de production.

La Vallée de la Seine est indispensable à la réussite du Grand Paris.

Pour continuer demain à s'imposer parmi les grandes capitales mondiales, Paris et sa région doivent saisir cette occasion et transformer les potentiels de ce territoire en un véritable laboratoire du renouveau industriel, de l'excellence universitaire et de recherche, de relance de notre économie maritime et portuaire et de croissance verte.

Dans un contexte de crise économique, sociale et environnementale profonde, le projet de développement de la Vallée de la Seine offre non seulement la possibilité de bâtir ensemble une métropole exemplaire et durable, d'inverser la spirale de la désindustrialisation mais également d'entrainer avec elle la compétitivité des autres régions françaises.

Pour le Conseil Régional d'Ile-de-France, le Grand Paris doit permettre de dynamiser la Vallée de Seine et favoriser

  • la construction d'un système portuaire et logistique pour renforcer les dynamiques territoriales ;
  • la réindustrialisation de la vallée de la Seine par de nouvelles industries et une industrie renouvelée ;
  • le développement d'un espace à haut niveau d'attractivités reposant notamment sur le tourisme, les éco mobilités, le tertiaire, et la qualité de vie.

Ainsi, en anticipant la mutation des modes de vie, de production, de consommation et de loisirs, l'Axe Seine, intégré à la dynamique territoriale du Grand Paris, possède tous les atouts et les talents pour devenir la locomotive du pays. Dans cette dynamique, les grands projets d'infrastructures que sont la Ligne Nouvelle Paris Normandie, le Canal Seine Nord et le port Seine Métropole à Achères (actuellement en débat public) seront des investissements démultiplicateurs du potentiel de développement et d'entrainement de ce territoire.

Certains diront que le Grand Paris et son prolongement que constitue la Vallée de la Seine érigent, par les ambitions économiques affichées, la soumission à la concurrence mondiale en élément constitutif du projet territorial.

Et, ils auront raison. Mais, aujourd'hui, seule la grande échelle nous permettra d'atteindre les objectifs fixés dans les domaines environnemental, social et économique. Le Grand Paris n'est qu'une opportunité qui s'offre à nous mais la Vallée de la Seine est une chance véritable que nous devons tous saisir.

Je vous remercie.


 
Plus d'info