• Region 2
  • Region 1
  • Region 3
  • Region 4
photo
idf_1
idf_3
idf_4
Erreur
  • Erreur lors du chargement des données de flux.

Gouvernance de la métropole francilienne - Eddie AÏT écrit au président de Paris Métropole

  Mardi, 28 Février 2012 12:07
Actualité / Région Ile-de-France

logo.paris metropoleCourrier d'Eddie AÏT, Maire de Carrières-sous-Poissy, Président du groupe PRG-MUP au Conseil régional Ile-de-France à Patrick Braouezec, président de Paris Métropole dans le cadre de la préparation d'un Livre Vert de Paris Métropole sur la gouvernance institutionnelle de la métropole francilienne.

Monsieur le Président,

Paris Métropole a fait de la gouvernance un de ces axes de travail afin de se positionner en tant que lieu-pilote du débat sur la gouvernance métropolitaine, question majeure pour relever les enjeux du Grand Paris comme le logement, la solidarité ou les déplacements. Un premier séminaire s’est déroulé à Sceaux les 27 et 28 mai 2011 afin de lancer cette démarche. Puis, à la demande de Paris Métropole, Olivier Landel, délégué général de l’association des communautés urbaines de France (ACUF), a apporté des éléments de réflexion pour un Livre Vert de Paris Métropole.

En mai 2010, la Ville de Carrières-sous-Poissy a adhéré au Syndicat mixte d’études et de programmation de Paris Métropole. En tant que membre du bureau, j’ai pu constater que depuis la création du syndicat, Paris Métropole a prouvé sa capacité à rassembler les élus métropolitains, quel que soit leur tendance politique, et à en assurer le bon fonctionnement institutionnel. Il a permis d’engager des débats collectifs sur la solidarité financière et fiscale, le logement ou les transports et, à ce titre, a bénéficié d’une reconnaissance certaine vis-à-vis des acteurs locaux et de l’État.

Plusieurs élus locaux ont, à ce jour, apporté leurs points de vue afin d’enrichir le débat sur la gouvernance métropolitaine. Je souhaite à présent poursuivre ce débat et y apporter notre point de vue.

La Ville de Carrières-sous-Poissy se caractérise par un certain éloignement des axes métropolitains de transports en commun mais a néanmoins su attirer plusieurs grands projets sur son territoire : Nouvelle Centralité, parc du Peuple de l’Herbe et Fabrique 21 pour ne citer que les principaux. Ces projets sont le fruit d’une collaboration et d’une confiance actives entre l’État, le Conseil Régional d’Île-de-France, le Conseil Général des Yvelines, la Communauté d’Agglomération des 2 Rives de Seine et la Ville de Carrières-sous-Poissy.

L’opération « Nouvelle Centralité » (47.4 hectares), avec l’EPAMSA comme aménageur, est l’un des projets phare de l’Opération d’Intérêt National « Seine Aval » dont le protocole d’accord a été signé en janvier 2008. La ZAC Nouvelle Centralité repose sur une stratégie cohérente conjuguant la mise en place de logements, d’activités, de services, de commerces et d’équipements structurants pour le territoire Carriérois et à plus grande échelle pour celui de la Communauté d’Agglomération 2 Rives de Seine. L’objectif est d’y créer un véritable centre rayonnant à l’échelle de la ville et de l’agglomération toute entière.

À terme, le site accueillera près de 2 800 logements, un pôle commercial urbain majeur, un cinéma, un équipement culturel, trois centres d’accueil loisirs, une crèche, trois groupes scolaires, une halte garderie, une salle multifonction, des activités, services et équipements privés.

L’aménagement du parc du Peuple de l’Herbe (113 hectares), sous co-maîtrise d’ouvrage du Conseil Général des Yvelines et de la Communauté d’Agglomération des 2 Rives de Seine, vise la sauvegarde du site des berges de la Seine dans la boucle de Chanteloup, de ses paysages et de ses milieux naturels, ainsi que sa promotion auprès d’un public plus large qu’aujourd’hui. La protection et la mise en valeur de cet espace en tant que poumon vert sont donc un enjeu à l’échelle de l’Ouest Parisien.

Quant à la Fabrique 21, il s’agit d’un projet unique et du premier programme immobilier d’entreprise de la région parisienne conçu par les écoconstructeurs dans une logique exemplaire de développement durable (bâtiments BBC, toitures végétalisées, bardage et ossature bois…).

Ces projets ont pu émerger parce qu’ils étaient entendus, non comme des opérations locales, mais bien comme des projets d’importance régionale qui structure le territoire du Grand Ouest Parisien.

Nous avons donc tout particulièrement conscience de l’importance des solidarités des territoires et des gouvernances de projet pour mener à bien des opérations qui dépassent largement leur territoire d’assise.

Les schémas de gouvernance proposés dans les éléments de réflexion pour un Livre Vert de Paris Métropole mettent trop souvent en avant une structure basée sur les territoires les plus proches en délaissant, au moins dans un premier temps, ceux qui en sont plus éloignés.

Or, tout autant que les villes des départements mitoyens de Paris, les collectivités de la Grande Couronne représentent de réels bassins de vie et de projets dans un ensemble régional dont elles ne peuvent être exclues. Nos territoires ne doivent plus, comme par le passé, subir les politiques et décisions prises par Paris et la Petite Couronne. Il n’est qu’à rappeler que 20 % du territoire de la Ville de Carrières-sous-Poissy est déclaré impropre à l’agriculture pour cause d’épandage du SIAAP.

Il n’est donc pas envisageable pour nous que Paris Métropole, quelle que soit son évolution institutionnelle, se fasse sans les collectivités de la Grande Couronne. Il ne pourrait y avoir de structure à deux vitesses, un cœur d’agglomération structuré de façon métropolitaine, et un espace périurbain plus éloigné à l’écart des décisions. Ce positionnement serait d’autant moins compréhensible que la moitié des territoires de projet du Grand Paris se trouvent en Grande Couronne (Confluence Seine Oise, Roissy – Villepinte – Tremblay, Gonesse – Val de France, Est Parisien – Cité Descartes, Sud-Parisien et Plateau de Saclay) et qu’un lieu de gouvernance et de cohérence de l’ensemble de ces territoires est absolument nécessaire

La Région paraît être un espace d’intervention pertinent car regroupe l’ensemble des territoires de vie, de travail, de loisirs et de déplacements des habitants de la métropole. Par conséquent, les actions à mener au sein de Paris Métropole ne peuvent se substituer aux documents régionaux de planification, surtout si le syndicat ne recouvre pas la totalité de l’espace francilien. Un rapprochement entre le Conseil Régional et le syndicat doit donc se faire, sans que l’un remplace l’autre.

Paris Métropole doit rester l’espace de dialogue qui fait aujourd’hui sa force, autour de thématiques qui font l’objet d’attentes fortes de la part des habitants d’Île-de-France (déplacements, logements…) sans se substituer aux institutions existantes compétentes, mais en ouvrant une nouvelle voie, celle de la gouvernance de projet.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes salutations distinguées.


Télécharger le courrier


 
Plus d'info