• Region 2
  • Region 1
  • Region 3
  • Region 4
photo
idf_1
idf_3
idf_4
Erreur
  • Erreur lors du chargement des données de flux.

Plage, beach-volley, catamaran, un air de vacances en banlieue parisienne

  Jeudi, 19 Juillet 2012 14:49
Revue de presse / Région Ile-de-France

JABLINES (Seine-et-Marne), 19 juil 2012 (AFP) - Sable blanc, eau, enfants munis de bouées, camping: la scène ne se déroule pas dans une station balnéaire, mais à quarante kilomètres de Paris, à Jablines-Annet (Seine-et-Marne), l'une des douze bases de loisirs régionales d'Ile-de-France.

Paris-Plages, créé en 2002, a été imité dans de nombreuses communes: Clichy, Puteaux, Le Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine), Trappes ou encore Carrières-sous-Poissy (Yvelines).

On peut aussi se baigner à Saint-Quentin-en-Yvelines, Etampes, Cergy-Pontoise ou Créteil, ... Les 3.000 hectares des douze bases de loisirs financées par la région Ile-de-France accueillent chaque année 4 millions de visiteurs.

95% d'entre eux sont franciliens, selon une étude de Mica Research pour la Région Ile-de-France datant d'octobre 2010. Leurs motivations : se sentir en vacances, même quand on ne part pas.

En ce jour de soleil coincé entre des journées de pluie, le parking de la base de loisirs de Jablines est plein. Des voitures, mais aussi beaucoup de cars transportant des enfants de la région.

Les jours de beau temps, jusqu'à 10.000 personnes viennent s'y baigner, faire de la voile ou du pédalo, du tennis, du beach-volley... Tandis que les enfants s'amusent dans les installations gonflables. A Jablines-Annet, on vient aussi se frotter aux sensations des sports de glisse sur le téléski nautique.

"La vocation de la base est d'offrir de la détente et des loisirs à l'ensemble des franciliens, à des prix attractifs", expliquent Cyrille Marchadour, directeur général adjoint de la base de loisirs de Jablines-Annet, et Guillaume Bocs, le directeur général.

"Avec le sable, ça fait plage"

Comme de nombreuses plages du littoral, la base se flatte d'être labellisée Pavillon Bleu. Un label qui garantit la propreté de l'eau et de l'environnement. Aménagée dans d'anciennes carrières, dont l'arrêt de l'exploitation remonte aux années 70, la base héberge aussi quelques espèces d'oiseaux rares, ce qui lui vaut un classement en zone Natura 2000.

Derrière l'effervescence de la plage et de ses activités, dans le calme de la zone protégée, on se promène, on fait du vélo, on pêche.

Allongée sur des serviettes de plage sur l'herbe, sous les arbres, la famille B., venue du Val-d'Oise et qui tient à conserver l'anonymat, prend le goûter, dans l'odeur des pins.

"Nous habitons à trente minutes de Jablines. Dès qu'il fait beau, on vient. D'habitude, on arrive plus tôt, on a notre place près de l'eau, pour voir les enfants qui se baignent. Mais on travaillait ce matin", expliquent Sheik et Parvin B., 38 et 33 ans.

Ils ont emmené leur soeur, venue du Canada, en vacances chez eux. "Cette année, on ne part pas. Mais on reçoit des vacanciers", ajoutent-ils, en surveillant les quatre bambins, âgés de 8 mois à 9 ans.

A côté de l'eau, une bande d'amis, venue du sud de la Seine-et-Marne, se rafraîchit en dégustant des glaces.

"Avec le sable, ça fait plage. Il est arrivé qu'on fasse du pédalo, du beach-volley. Après, on part en vacances tous ensemble", explique Geoffrey Duchefdelaville, 24 ans, doyen du groupe.

Le camping de la base accueille beaucoup d'étrangers: Néerlandais, Allemands, Scandinaves ou Anglais attirés par la proximité de Disneyland Paris. Des centres de loisirs ont également installé leurs tentes, souvent pour la semaine, dans le camping qui leur est réservé.

Le 17 juillet, un garçon de 5 ans s'est noyé dans la piscine à vagues de la base régionale de loisirs de Saint-Quentin-en-Yvelines (Yvelines) après avoir échappé à la vigilance des adultes qui l'accompagnaient.

Source : AFP - 19 juillet 2012


 
Plus d'info