• Legislatives-1
assemble_photo1

Twitter, Facebook : quels sont les candidats qui les utilisent le plus?

  Mercredi, 07 Mars 2012 10:58
Revue de presse / La 6ème circonscription des Yvelines

courrier des_yvelinesLes candidats aux prochaines élections législatives utilisent·ils Twitter ou Facebook? Le font-ils pour éviter d'être ringards ou est-ce un véritable outil de communication? A l'approche de l'élection des députés, nous avons fait un tour d'horizon de l'utilisation des réseaux sociaux par les différents candidats dans les circonscriptions de notre secteur (quatrième, cinquième, sixième. septième et douzième).

Première constatation, même si ce n'est pas une règle absolue, les spécialistes du "tweet" sont les quadras, les candidats les plus jeunes. Parmi eux, on peut compter Eddie Aït, le maire (PRG) de Carrières-sous-Poissy et candidat sur la sixième circonscription, David Douillet (UMP), Richard Bertrand (Modem) ou Sophie Renard (EELV), candidats sur la douzième. Candidat à sa propre succession sur la douzième encore, Arnaud Richard (UMP) a aussi un compte Twitter mais s'agite majoritairement sur Facebook tout comme son adversaire Estelle Rodes (PS).

Eddie Aït, roi du "tweet"

Avec 165 "tweets" entre le 1er janvier et le 29 février 2012, Eddie Ait, le maire (PRG) de Carrières-sous-Poissy et candidat sur la sixième circonscription est incontestablement le "tweetteur" le plus prolifique dans notre secteur. Arnaud Richard (UMP, 12e) est quant à lui le plus actif sur Facebook avec 112 changements de statut en janvier et février. Sophie Renard (EELV, 12e) complète le podium avec 30 tweets sur les deux derniers mois. David Douillet qui utilise plus les réseaux sociaux en sa qualité de ministre, est celui qui a le plus de "followers" (plus de 5000 abonnés).

« Je tweet un peu mais je suis plus une adepte de Facebook. J'ai d'ailleurs créé une nouvelle adresse (estellerodes2012) pour ma campagne aux législatives. J'utîlise ces réseaux sociaux, surtout pour réagir sur des sujets politiques qui me touchent vraiment comme dernièrement sur la TVA sociale. C'est un très bon relais d'information qui me permet d'exprimer mon opinion, de participer au débat, explique-t-elle. Par contre, je ne m'en sers pas pour des commentaires personnels ou pour étaler ma vie privée comme d'aulres peuvenl le faire. J'ai toujours cloisonné les choses pour préserver ma vie de famille.»

Arnaud Richard, l'actuel député (UMP) de la septième circonscription est donc lui aussi un adepte de Facebook. « C'est plus approprié à la politique que twitter qui est selon moi trop dans l'instantanéité, précise-t·il. Je considère que c'est un média comme un autre qui délivre même un message plus complet. Je m'en sers comme d'un outil pédagogique pour expliquer l'activité d'un élu parlementaire, pour montrer le processus des décisions et tout le travail invisible que nous réalisons. Paradoxalement, je trouve que cela redonne du sens à la politique.»

Intarissable sur le sujet, Arnaud Richard, qui considère d'ailleurs son smartphone comme  un outil de travail majeur, est étonné d'être autant suivi. « Je n'imaginais pas l'être autant, poursuit-il. C'est très enthousiasmant car cela permet aussi de prendre en compte les différents avis. »

Toujours très bon quand il s'agit de maîtriser sa communication, Eddie Aït utilise Twitter et Facebook pour réagir à la vie politique locale ou nationale mais aussi pour mettre en ligne ses communiqués. « Facebook et Twitter constituent de nouveaux outils importants pour les élus, à la fois parce qu'ils permettent un rapprochement entre les politiques et les citoyens, via les échanges, les avis et les remarques formulées et parce qu'ils permettenl de toucher un public plus large, notamment les jeunes, explique-t-il. Mais cela ne remplace pas le terrain, c'est autant un moyen d'information que de diffusion. Maintenant, mon fil d'actualité me donne plus d'information que les réseaux traditionnels. »


Source : Le Courrier des Yvelines - 7 mars 2012


 
Plus d'info