• Carrières - 5
bandeau

RMC - Interview d'Eddie AÏT

  Vendredi, 17 Août 2012 09:46
Revue de presse / Carrières-sous-Poissy

rmcDans un quartier sensible des Yvelines, la Poste ne distribue plus ni colis ni recommandés, pour raisons de sécurité. « C'est la base d'un processus de discrimination », affirme le maire qui menace de porter plainte

Depuis plusieurs semaines, les habitants du quartier populaire de Saint-Louis à Carrières-sous-Poissy, dans les Yvelines, ont bien du mal à recevoir leurs colis et leurs recommandés. Et pour cause : la Poste ne les distribue plus.
Classé en zone urbaine sensible, le quartier, où vivent environ 6 000 habitants, serait régulièrement le théâtre de vols des scooters et des sacoches des postiers, sans parler des difficultés d'accès à certaines habitations ni des problèmes de boîtes aux lettres.

Face à cette situation, la Poste a donc décidé d'arrêter temporairement certaines livraisons, mais sans préciser ni le nombre d'usagers concernés, ni la date de cette décision, même si certains riverains affirment que le problème dure depuis un an.

Le maire (Parti Radical de Gauche) de la ville, Eddie Aït, qualifie la décision de« discriminatoire », et a écrit au président de l'entreprise publique. Il envisage maintenant de saisir la justice. Une réunion est d'ailleurs prévue ce jeudi à la sous-préfecture des Yvelines entre la direction de La Poste et le maire pour trouver des solutions.

« Une sorte de discrimination »

{play}http://www.rmc.fr/article/audios/13426.mp3{/play}

« A partir du moment où la Poste, par un courrier officiel, précise à un administré qu'il n'aura pas les courriers recommandés et les colis car il habite en zone urbaine sensible - c'est-à-dire la moitié de la ville chez nous, eh bien on peut considérer qu'il y a, à cause de son lieu de résidence, une sorte de discrimination », estime le maire. « Il n'a plus accès au service postal universel tel que La Poste doit le garantir sur l'ensemble du territoire. Donc il y a là-dessus une rupture d'égalité d'accès au service public, c'est la base d'un processus de discrimination ».

« On nous met à l'écart »

{play}http://www.rmc.fr/article/audios/13428.mp3{/play}

Discrimination, aussi, est le mot qui revient dans la bouche de nombreux habitants du quartier, comme Achraf. Il y habite depuis avril dernier avec sa femme et son bébé, et a écrit à La Poste pour se plaindre. « J'ai même vu un responsable qui m'a dit "c'est vrai, car il y a eu des violences". Je lui ai demandé s'il était venu vérifier, mais non, ils n'ont pas fait cet effort. Et quand on sait que les petits pavillons, juste à côté des HLM, reçoivent leurs colis, je trouve qu'on nous met à l'écart. »

Source : RMC - 16 août 2012



 
Plus d'info