• Carrières - 5
bandeau

Que pensent vos élus du mariage homosexuel ?

  Mercredi, 07 Novembre 2012 12:38
Revue de presse / Carrières-sous-Poissy

parisienLe projet de loi autorisant le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels doit être présenté ce matin au Conseil des ministres. Nous avons demandé aux élus leur position sur ce sujet. 

Eddie Aït souhaite élargir la loi

Eddie Aït, maire (PRG) de Carrières-sous-Poissy et conseiller régional. « La loi doit être élargie. Notre société se trouve aujourd'hui face à une galaxie familiale multiforme. La composition de la famille a évolué au fil du temps et de nouvelles formes de parentalité sont apparues... Il est donc du devoir des élus de prendre acte de ces changements profonds et d'accompagner cette évolution. » Eddie Aït déplore l'attitude des maires ayant déclaré leur intention de ne pas célébrer de mariage homosexuel au cas où la loi serait adoptée. « En tant que maires et élus de la République, il nous convient de respecter la loi et de la faire appliquer. S'il refuse de célébrer un mariage, un maire peut être suspendu par le préfet, voire démis de ses fonctions par un décret motivé pris en Conseil des ministres. »

Christine Boutin réclame un référendum

Christine Boutin est conseillère générale (UMP) de Rambouillet et présidente du Parti chrétien-démocrate (PCD). L'ancienne ministre, opposée à ce projet de loi, demande un référendum. « Il faut que les Français soient consultés. C'est le texte le plus important qui a été donné à débattre depuis la Révolution. Ce n'est pas une histoire de droite-gauche, d'hétéro-homo. Le véritable enjeu est celui de la négation de la différence sexuelle, qui est, depuis des millénaires, fondatrice de toute organisation sociale. Ce texte touche à l'intimité de chacun d'entre nous. Tous les repères vont être brouillés. Beaucoup justifient le mariage homosexuel par l'amour que se portent deux hommes ou deux femmes. Mais dans le mariage civil, il n'est pas question d'amour, mais de fidélité, de toit commun, de solidarité. Le mariage pour les homosexuels ne réglera pas non plus le problème d'égalité. »

Philippe Brillault ne veut pas d'élus pris en otage

Philippe Brillault est maire et conseiller général (DVD) du Chesnay. « Les élus ne peuvent en aucun cas être pris en otages par des parlementaires pour marier contre leur gré des personnes de même sexe. Seul un référendum légitimerait cet acte et il est important de donner la parole aux Français sur un sujet de société qui les concerne directement. Nous avons pris une motion pour réclamer l'ouverture d'un débat plus large sur le principe d'union, en lien avec une réflexion sur le pacs. »

Pierre Fond refuse d'en célébrer

Pierre Fond est maire (UMP) de Sartrouville. « A titre personnel, je suis contre cette loi car elle est inutile. Les citoyens ont d'autres problèmes en ce moment. Cela étant, je suis attaché à toute forme de liberté. Lorsqu'une pétition contre le Pacs avait circulé, j'avais refusé de la signer. En revanche, je ne célébrerai pas de mariage homosexuel à titre personnel. Si la loi est adoptée, je demanderai à un adjoint volontaire de célébrer ce type d'union à ma place. »

François de Mazières demande un débat public

François de Mazières est député-maire (DVD) de Versailles. « Nous avons voté une motion pour demander la tenue d'un débat public sur le modèle de ce qui a été fait sur la loi concernant la bioéthique. L'avis de nombreux pédopsychiatres sur l'adoption par un couple de même sexe est assez négatif pour l'équilibre de l'enfant. Pour ma part, je suis contre ce projet de loi et, à titre personnel, je ne marierai pas deux personnes de même sexe. Je suis certain que je trouverai un élu pour le faire. »

Jacques Myard n'en fait pas une question morale

Jacques Myard est député-maire (UMP) de Maisons-Laffitte. « Je suis contre le mariage homosexuel car c'est absurde mais je n'en fais pas une question morale. J'exige un débat national suivi d'un référendum pour trancher cette histoire dans laquelle on s'apprête à jouer aux apprentis sorciers avec les enfants en matière de filiation », déclare Jacques Myard. Même s'il entend « vigoureusement » combattre cette loi par des moyens « démocratiques » et « légaux », le parlementaire s'affirme cependant comme républicain et appliquera la loi si elle est adoptée.

Pas un bon projet, selon Michel Vialay

Michel Vialay est maire (UMP) de Mantes-la-Jolie. « Le mariage homosexuel n'est pas un bon projet. » S'il précise que « la liberté de chacun doit être respectée », il déplore « l'absence de débat sur un sujet aussi fondamental ». Procédera-t-il à des mariages homosexuels? Réponse énigmatique de l'édile : « Toute loi doit être respectée. Si l'on n'est pas d'accord avec une loi, on doit la combattre. »

Source : Le Parisien - Edition Yvelines - 7 novembre 2012


 
Plus d'info