• Carrières - 5
bandeau

La banlieue aussi a ses plages, ses palmiers et ses transats

  Samedi, 20 Juillet 2013 08:11
Revue de presse / Carrières-sous-Poissy

figaro_newOn connaît Paris-Plages, on sait moins que depuis quelques années, nombre de communes d'Île-de-France ont aussi de l'imagination pour leurs administrés qui ne partent pas en vacances. Crise oblige, elles font preuve d'imagination et n'ont pas de complexe à l'égard de la capitale.

• Transats, sable fin et palmiers à Carrières-sous-Poissy

À Carrières, le maire PRG, Eddie Aït, le sait, ses administrés partiront moins en vacances cette année. Alors, comme il le fait depuis 2008, il a décidé de rapprocher les palmiers des cités, les transats de la Seine. La bronzette à deux pas du centre-ville.

Mieux qu'à Palavas-les-Flots! Carrières s'est fait plage, il y a quelques jours: parasols, buvette et sable fin. Pas moins de 1200 tonnes de sable ont été acheminées en trois jours, la ville a mis plus d'une semaine pour monter cette plage artificielle de 30 cm d'épaisseur. Et, cerise sur le gâteau, la ville s'est dotée d'une piscine à débordement de 200m². Ici, les amoureux du sable fin pourront profiter des infrastructures mises en place par les différents services de la ville, comme un terrain de pétanque offert par les espaces verts, ou encore des tables de ping-pong par le service des sports. Et pour les moins sportifs, de flâner à l'ombre des palmiers installés sur la plage.

• Puteaux Plage, résultat des impôts locaux de la Défense

À Puteaux, la plage, on la doit un peu aux entreprises de la Défense, via leurs impôts locaux. Des ateliers de danse, de sports de plage ou encore de jeux d'eau pour ceux qui ne partent pas, le tout financé par des multinationales, l'affaire est morale. Sans cette manne, «Puteaux en Plage» coûterait pas moins de 250 euros par famille putéolienne par an. Cette manifestation estivale, la ville en est fière, car elle existe depuis plus de onze ans et que les jeunes l'ont adoptée. Attention malgré tout, si vous n'êtes ni de Puteaux ni de Courbevoie, il faudra s'acquitter de 9 euros pour participer.

• Rosny-sous-Bois profite de l'été pour informer les plus jeunes sur la nutrition

Depuis 2006, l'État incite les villes à s'occuper de la santé de ses habitants, notamment des jeunes. Alors à Rosny, on fait de la pédagogie sur la place! Depuis 2012, la mairie profite de l'opération«Rosny-Plage» pour initier les jeunes à mieux se nourrir. «Une enquête réalisée par la ville a mis en évidence un surpoids chez les enfants», explique la directrice de l'Atelier Ville Santé. Et donc, durant tout l'été, entre les plongeons dans la piscine municipale, les séances d'initiation au tir à l'arc et les matchs de football, les jeunes rosnéens apprendront à s'alimenter quotidiennement. L'école à la plage en quelque sorte.

• À Cergy-Pontoise: 5000 m² de sable fin pour se croire dans les îles

Un espace de détente et de fraîcheur s'offre aussi aux habitants de Cergy-Pontoise. Mais ce n'est pas seulement une plage préfabriquée estivale. Il s'agit là d'un véritable centre aquatique. Avec un toboggan géant de 150m, un toboggan rectiligne multipiste, une pataugeoire et des jeux d'eau, petits et grands seront ravis de passer la journée sous les paillotes. Et tout ça, sous l'œil protecteur des maîtres nageurs, qui, avec leur T-shirt rouge, ferait presque croire que Malibu est finalement dans le Val-d'Oise.

• Sous la basilique, un été de culture

En marge des activités ludiques classiques, la ville de Saint-Denis a décidé de mettre en valeur son patrimoine culturel au jeune public. Et pour ne pas se contenter d'une visite de musée qui peut vite devenir lassante pour des enfants, c'est une visite du chantier de fouille archéologique et une découverte du métier d'archéologue sous toutes ses facettes qui est proposée. Au départ, les jeunes archéologues pourront venir visiter la plus ancienne maison de Saint-Denis, datant du XIIIe siècle. Après, c'est une initiation au métier d'archéologue qui leur sera proposée. Lorsque la pratique de la truelle et du pinceau sera acquise, les participants s'agenouilleront sur le site des anciens fossés de la basilique pour tenter de faire des découvertes de plus de 1300 ans, sous l'œil averti de l'archéologue en charge du projet.

Source : Le Figaro - 19 juillet 2013


 
Plus d'info