• Carrières - 5
bandeau

Il n'est pas acceptable qu'une minorité politisée confisque l'expression citoyenne sur ce projet (Courrier des Yvelines du 19.02.2015)

  Samedi, 21 Février 2015 11:43
Revue de presse / Carrières-sous-Poissy

Eddie Aït, ancien maire de Carrières-sous-Poissy, réagit suite à l'article publié par le Courrier des Yvelines concernant une réunion publique sur le thème du parc du Peuple de l'herbe, animée par le maire Christophe Delrieu.

«Contrairement aux déclarations de M. Delrieu, commente-t-il, le projet a été initié en 2010 par le conseil général des Yvelines, en lien avec l'EPAMSA, et non pas en 2008. Une fois encore, M. Delrieu a mis en cause l'ancienne municipalité, lui reprochant son manque d'écoute. Il convient de rappeler que, dès les prémisses du projet, j'ai obtenu du Département, avec mon équipe et Philippe Tautou, président de la CA2RS, qu'une information large et régulière de la population puisse être assurée.» Il livre le détail sur les moyens de communication de cette information : «La Ville avait mis en place plusieurs outils pour informer la population dans son ensemble et les riverains du parc en particulier. Un document de 4 pages a ainsi été diffusé à l'ensemble des Carriérois dès la fin 2010 et les vœux du maire, en janvier 2011, ont été consacrés au projet. Une rubrique dédiée avait été mise en place sur le site de la ville (rubrique aujourd'hui supprimée). Trois réunions publiques (dont une le 4 octobre 2012, au pôle Michel-Colucci, pour répondre aux interrogations concernant le déroulé des travaux) ont été organisées et mon adjoint à l'urbanisme recevait toutes les personnes susceptibles de solliciter un rendez-vous.»

Il ajoute : «Par ailleurs, une enquête publique s'est tenue du 7 mars au 6 avril 2013. Le commissaire enquêteur (son rapport est public) a reconnu qu'il s'agissait d'un projet responsable dans sa finalité environnementale et donc nécessaire à la collectivité. A cette occasion, les riverains avaient pu largement s'exprimer. Le nombre de contributions en atteste.»

«En ce qui concerne les inquiétudes exprimées sur les problèmes supposés sous-évalués de stationnement, de circulation, de coût, de sécurité et d'utilisation des jardins familiaux, le commissaire enquêteur, après avoir rencontré des représentants de la commune et du Département, avait aussi indiqué dans ses conclusions que les éclaircissements qui lui ont été apportés (plan de circulation, programme de rénovation des routes, amélioration de la desserte en bus, notamment) l'avaient amené à renoncer aux recommandations qu'il pensait devoir formuler.»

Eddie Aït revient sur la problématique de la pollution des sols : «L'observatoire local de l'environnement que nous avions mis en place, dès 2010, avait été saisi de cette question. Des auditions étaient programmées. Cette instance de concertation et de vigilance environnementale ne s'est plus réunie depuis l'élection de M. Delrieu.»

A propos du manque de concertation reproché lors de la réunion du 13 février, l'ancien maire répond : «Le sentiment du commissaire enquêteur était qu'elle a été organisée et exécutée au mieux. Les arguments avancés par le commissaire enquêteur ont reconnu la qualité de la démarche de concertation engagée par les acteurs du projet (conseil général des Yvelines, CA2RS et Ville de Carrières-sous-Poissy). Pour le commissaire enquêteur, il avait été fait beaucoup plus que les obligations réglementaires, en particulier au travers des médias (presse écrite et électronique), de réunions, d'exposition et de circulaires aux riverains. L'enquête s'est déroulée dans les meilleures conditions techniques et matérielles.»

Il conclut, en ces termes : «Même si chacun est libre de s'opposer à la réalisation du parc départemental, et c'est le cas du collectif de riverains, il n'est pas acceptable qu'une minorité politisée et engagée de longue date contre l'ancienne équipe municipale confisque l'expression citoyenne sur ce projet et les résultats de l'enquête publique.

Avec la réalisation du parc du Peuple de l'herbe, ce seront les richesses faunistiques et floristiques exceptionnelles, que renferment les 113 hectares de cet espace naturel sensible, qui seront enfin mises en valeur. Cela profitera tant aux observateurs chevronnées de la biodiversité en Ile-de-France qu'aux simples curieux et habitants, à travers des parcours pédagogiques innovants et des espaces de loisirs et de détente spécialement aménagés. Il s'agit là d'une preuve de l'intérêt majeur qu'il présente pour notre territoire et de l'adhésion des élus et de la population à sa réalisation. Le parc du Peuple de l'herbe constitue en effet le plus grand parc récréatif et paysager du département des Yvelines.»


 

Inscription2



Articles liés

Plus d'info