• Carrières - 5
bandeau

Eddie Aït répond à Christophe Delrieu : «La ville n'est pas en faillite» (Courrier des Yvelines 4.12.2014)

  Jeudi, 04 Décembre 2014 13:10
Revue de presse / Carrières-sous-Poissy

«Contrairement à ce que dit M. Delrieu, la Ville n'est pas en situation de faillite ni en position d'être placée sous tutelle de l'Etat.» Eddie Aît, ancien maire de Carrières-sous-Poissy, répond à Christophe Delrieu, nouveau maire de la commune, au sujet de la situation financière de la commune. «S'il est vrai que les résultats en fonctionnement de l'exercice 2013 enregistrent un déficit de 1,339 millions d'euros, M. Delrieu omet de préciser qu'avec le report de l'exercice précédent, on arrive à un résultat de clôture positif en fonctionnement de 824 553 euros. Les excédents cumulés en fonctionnement et en investissement, totalisent un résultat de clôture de plus de 4,2 millions d'euros, à l'ouverture de l'exercice 2014. La mise sous tutelle n'est donc pas à l'ordre du jour. Bien au contraire! Et, chacun est libre d'interroger l'Etat. L'ensemble des ces éléments liés aux résultats excédentaires a été voté en conseil municipal et par M. Delrieu en premier. Ses déclarations visent donc simplement à lui permettre de trouver les excuses nécessaires pour ne pas tenir ses engagements pris devant les Carriérois.» Le déficit en fonctionnement de l'exercice 2013, selon Eddie Aït, s'explique par le fait que «des recettes n'ont pas été perçues par la Ville dans les délais prévus, en raison de problèmes techniques. Déjà, près de 1 million d'euros en recettes nouvelles, suite aux investissements engagés entre 2010 et 2012, a été constaté au budget de la Ville. Il reste également 2 millions d'euros à percevoir en recette. Pour cela les appels de fonds doivent être réalisés et ce notamment auprès du conseil régional d'Ile-de-France et du conseil général des Yvelines.»

Selon l'ancien maire : «L'association nationale Contribuables associés a même publié les résultats de son Argus des communes pour la période 2008-2013. Elle a donné une note de 15/20 à la Ville de Carrières, la classant dans la catégorie des « Mairies économes ».»

De façon plus générale, Eddie Ait ajoute : « De 2002 à 2008, mon prédécesseur a emprunté 13 millions d'euros à Dexia. Pendant six ans, mon adjoint aux finances a réussi à sécuriser 60% de ces emprunts toxiques. Et en 2016, on devait pouvoir sécuriser 100%. Le dernier emprunt toxique a actuellement un impact sérieux sur les finances de la Ville. Les élus ne devraient pas avoir le droit de spéculer sur les marchés financiers avec l'argent des contribuables. Je n'ai donc pas de leçon à recevoir en responsabilité de la part de M. Delrieu.»

A propos des impayés au syndicat d'électricité

Eddie Aït admet leur réalité et précise : « En 2013, nous n'avons jamais reçu les titres de recette. On ne pouvait donc pas régler les factures. C'est un problème de communication entre le Syndicat d'électricité et laTrésorerie de Conflans-Sainte-Honorine. Cette situation était connue. Elle avait été présentée en commission des finances. »

A propos des contrôle des comptes

Eddie Aït souligne que lors du dernier Conseil municipal l'Adjointe aux finances a déclaré qu'il n'y avait pas de contrôles en cours de la chambre régionale des comptes. «On a posé la question en conseil, la réponse a été donnée en public. En revanche, en 2008 et en 2013, nous avions commandé un audit auprès d'un cabinet indépendant d'experts. Il a reconnu la situation alarmante rencontrée en 2008 et saluée la bonne gestion financière de notre municipalité en 2013. »

A propos des dépenses en événementiel

« Carrières Plage coûtait 275 000 euros, Carrière Glace 80 000 euros, en totalisant les deux on n'arrive pas à 500.000 euros (et il convient aussi de déduire de ces montants les participations financières des entreprises privées), commente Eddie Aït. Il est faux de dire qu'il n'y a eu aucun équipement nouveau. Nous avons réalisé un terrain de football, un city stade, un Skate Park, un parcours fitness. Nous avons porté le projet du château Vanderbilt et reconstruit l'accueil de loisirs Yannick-Noah, incendié en 2005. Nous avons financé la réfection de gymnases, de routes, ouvert une Maison des jeunes. Quatre écoles ont été rénovées et nous avons lancé la construction d'une crèche et du groupe scolaire et de l'accueil de loisirs Victor Schœlcher... »

A propos des rapports avec le personnel

« Si l'équipe précédente avait été plus respectueuse du personnel.., dit Christophe Delrieu. Je lui rappelle que lorsque nous sommes arrivés en poste, il n'y avait plus de direction générale des services depuis près d'un an et nous avons dû créer une véritable direction des ressources humaines. Nous n'avons subi aucune grève du personnel en six ans car nous avons favorisé le dialogue social et la promotion interne. Nous avons mis en place l'aide forfaitaire pour la mutuelle des agents et rétabli la cérémonie des vœux au personnel. Et, aujourd'hui, j'apprends que le nouveau maire a décidé de minorer les primes de fin d'année aux agents contre tout respect des règles légales. Les personnes concernées apprécieront.»

A propos de l'autoroute souterraine défendue par le maire

Eddie Aït déclare : «Jamais un tel projet n'a été porté par la Ville de Carrières quand M. Delrieu était adjoint au maire. Pour le vérifier, il suffit d'interroger les associations mobilisées. Au contraire, il a toujours soutenu le projet qui existe aujourd'hui et qui menace toujours les riverains et les habitations. Quant au pont d'Achères, menaçant les riverains de l'île de la Dérivation, nous avions voté, en conseil municipal, une motion contre ce projet dès le 28 avril 2009. Et, le 8 février 2013, nous avons intenté un recours contentieux contre le Préfet des Yvelines, suite à la déclaration d'utilité publique du projet de liaison RD30-RD190. Le jugement a été rendu et le maire actuel a décidé de ne pas faire appel de la décision. Désormais, si le Pont est réalisé, ce sera de sa seule responsabilité. Il conviendra qu'il s'en explique aux habitants concernés. »

A propos du manque de places de stationnement

Eddie Aït confirme le taux de saturation de 140% pour le stationnement en bord de Seine. « C'est nous qui avons commandé l'étude qui précise le pourcentage et ce pour convaincre le conseil général des Yvelines de la nécessité d'ouvrir au public le parking situé à proximité du futur Parc du peuple de l'herbe (plus de 200 places). A la demande de l'Amicale du quartier des bords de Seine, j'avais négocié, avec Alain Schmitz, alors président, pour que le parking fonctionne de sorte à permettre une rotation des véhicules en journée et que les gens puissent laisser leur voiture en sécurité le soir. Il devait ouvrir cet été, mais ce n'est toujours pas fait. Comme sur d'autres sujets, nous n'avons toujours pas de réponse de la mairie sur le suivi de ce dossier. »

Au sujet de la police municipale

Eddie Aït rappelle : « Dès 2008, nous avons créé une véritable police municipale dotée de moyens (jusqu'à 12 agents) et de locaux adaptés et instauré un service 7/7. En 2011, nous avons mis en place des correspondants de nuit, en lien avec la CA2RS. Dès le 6 mars 2014, nous avions planifié le recrutement de quatre policiers, voté pour la mise en place de 14 caméras de vidéoprotection supplémentaires, du dispositif Voisins vigilants et la création, au 1er juillet 2014, d'une brigade de nuit. Aucune de ces décisions prises à l'unanimité du conseil n'a été suivie par M. Delrieu. Pire, la police municipale 7/7 a été supprimée en avril 2014. Le maire a une obligation d'assurer une certaine cohésion sociale. Aussi, je déplore les fermetures du point d'information tourisme, soutenu par la CA2RS, du poste de police municipale, dans le quartier Saint-Louis, et du point d'accès au droit (PAD) au 31 décembre 2014. Il était un lieu d'accueil confidentiel et de qualité pour les justiciables. La Région avait d'ailleurs donné 60 000 euros pour rénover les locaux de ce PAD. Il n'est pas exclu qu'elle en demande le remboursement ! »

Sur Carrières Centralité et la salle polyvalente en construction

L'ancien Maire déclare : « Concernant la salle polyvalente, je rappelle qu'une visite de chantier s'est tenue, le 27 février 2014, en ma présence et celle du promoteur, de l'EPAMSA et des directions des services techniques et de la vie associative de la Ville, et ce afin de valider le plan d'aménagement. Le projet de planning d'attribution des créneaux aux associations bénéficiaires avait également été fixé. Quant au plan de financement, il a été voté à l'unanimité du conseil et en particulier par l'élue qui, aujourd'hui, est déléguée à la vie associative.

Grâce à la Centralité, la salle coûte 550 000 euros à la ville au lieu des 1 650 000 euros, prix réel. La Centralité est un projet vital pour Carrières et son développement. Elle fournira les infrastructures de transports qui sont attendues et les logements pour les familles. Face aux attaques infondées du nouveau maire, je défendrai toujours ce projet, créateur d'emplois, et dont je suis à l'origine avec l'Etat et le CA2RS. La Centralité fera de Carrières une ville reconnue et apportera des solutions concrètes aux problèmes des Carriérois. L'ensemble des partenaires financiers reste mobilisé. »


 

Inscription2



Articles liés

Plus d'info