• Carrières - 5
bandeau

Carrières-sous-Poissy : Un parc paysager de 113 ha en bord de Seine

  Samedi, 23 Octobre 2010 00:00
Revue de presse / Carrières-sous-Poissy

parisienCarrières-sous-Poissy va devenir le berceau du '' parc du peuple de l’herbe ''... Hier matin, le conseil général a voté la préemption de 71 ha de friches en bord de Seine pour y créer ce qui va devenir le plus grand espace naturel sensible de tout le département.

'' A terme, nous aurons 113 ha, explique Eddie Aït, le maire (PRG) de Carrières-sous-Poissy. Ce sera un immense parc ouvert au public, dédié à la biodiversité et permettant de mettre en valeur le patrimoine naturel des bords de la Seine. '' Monté en partenariat avec plusieurs collectivités et des partenaires privés, ce parc devrait coûter 17 millions d’euros pour l’achat des terres et leur aménagement.

Une population d’insectes très fournie et très diversifiée

Des études ont déjà été menées par une agence paysagiste spécialisée, et les travaux devraient débuter en 2012. Les premières zones doivent ouvrir au public en 2013 et l’ensemble du projet « parc du peuple de l’herbe » pourrait être mené à terme d’ici à 2015.
Cette dénomination a été proposée par plusieurs spécialistes qui ont déjà repéré sur place l’existence d’une population d’insectes très fournie et très diversifiée. « Nous allons imaginer des parcours pédagogiques, des petits ateliers et un espace événementiel en plus de tous les équipements de loisirs qui pourront voir le jour », continue Eddie Aït.

Alain Schmitz, le président (UMP) du conseil général, a insisté : « Je souhaite que les Yvelines soient un département exemplaire et en pointe dans le domaine des espaces naturels sensibles. » Ainsi, ce dossier est l’un des « projets prioritaires du département d’ici à la réforme territoriale de 2014 », a annoncé Alain Schmitz.
Un projet qu’il faudra mettre en rapport avec la reconquête paysagère et économique des bords de Seine déjà engagée en partenariat avec l’établissement public d’aménagement du Mantois Seine Aval (Epamsa) mais aussi avec le dossier plus épineux de l’A 104, qui doit permettre de désenclaver la boucle de Seine et le nord-est du département. Une emprise routière dont le tracé est encore l’objet d’âpres discussions entre les communes, le département et l’Etat.

Philippe Tautou (UMP), vice-président de la communauté d’agglomération des Deux Rives de la Seine, a justement insisté sur le caractère primordial de la préservation de cet espace naturel : « De très nombreux logements vont être construits, nous allons aménager les ports de Triel et d’Achères, il faudra boucler l’ A104, énumère-t-il. C’est un moyen de garder un bon équilibre entre l’urbanisation et les espaces naturels. »
Source : Le Parisien - édition Yvelines du 23 octobre 2010

 
Plus d'info