• Carrières - 5
bandeau

Rencontre à l'Élysée avec les associations d'élus : Eddie Aït dénonce un Président de la République « donneur de leçons, incapable de montrer l'exemple »

  Lundi, 13 Février 2012 16:55
Communiqués / Carrières-sous-Poissy

Vendredi 10 février, le Chef de l'État recevait à l'Élysée les associations d'élus afin de les convaincre de réaliser des économies. A l'issue de cette rencontre, aucun accord n'a pu être trouvé.

« Le Président de la République propose un pacte de stabilité aux élus locaux alors même que son gouvernement est celui qui a le plus creusé les déficits publics sous la Vème République. » s'étonne Eddie Aït, Maire et Conseiller régional d'Ile-de-France. « C'est un peu facile de faire la leçon alors même que l'on agit pas de façon responsable dans la gestion des comptes de la Nation. »

Tandis que la crise économique continue de générer chômage et difficultés pour la majorité des Français, les élus locaux sont les premiers confrontés au désengagement de l'État dans de nombreux services publics (Police nationale, La Poste...). Afin de garantir l'égalité des chances à tous les citoyens, de nombreuses collectivités ont fait le choix d'investir pour maintenir (voire développer) des services publics de proximité indispensable au maintien du lien social. C'est le cas à Carrières-sous-Poissy où, depuis 2008, pas moins de six services municipaux de proximité ont été ouverts (Point d'Accès au Droit, Pôle Michel Colucci, Poste de Police Municipale, Agence Postale Communale, Espace J, Centre Social et Culturel - Espace Rosa Parks).

> La situation financière de Carrières-sous-Poissy

A Carrières-sous-Poissy, et depuis 2008, la Municipalité s'efforce d'assainir la situation financière rendue difficile par la gestion hasardeuse de l'équipe précédente. Un audit financier a notamment été réalisé et la dette renégociée auprès des créanciers.

La dette par habitant est ainsi passée de 260€ par habitant en 2006 à 75€ en 2010 (soit un total de 13,2 millions d'euros de dette constituée entièrement d'emprunts à risques contractés par l'équipe municipale précédente). Un million d'euros a aussi été économisé grâce à la sécurisation et à la renégociation des emprunts toxiques.

Pour faire face à la diminution du financement des collectivités locales, les élus ont demandé, dès 2010, aux services municipaux de réduire leurs dépenses de fonctionnement de 8%. Pour autant, cela n'a pas conduit à une moins bonne qualité des services rendus aux Carriérois. En optimisant les dépenses, en réorganisant certains services et en multipliant les recherches de partenariats, l'action municipale a été pérennisée et même améliorée.


 
Plus d'info