• Carrières - 5
bandeau

Rapport de la Cour des Comptes sur la Politique de la Ville : Eddie Aït, Maire de Carrières-sous-Poissy et Conseiller régional d'Ile-de-France fait part de ses inquiétudes au Ministre délégué à la Ville, François Lamy

  Jeudi, 26 Juillet 2012 09:59
Communiqués / Carrières-sous-Poissy

Alors que la Cour des Comptes vient de rendre public un rapport préconisant de concentrer les crédits de la Politique de la ville sur six départements, Eddie Aït, Maire de Carrières-sous-Poissy et Conseiller régional d'Ile-de-France, à adressé un courrier au Ministre délégué à la Ville, François Lamy, pour lui faire part de ses inquiétudes. Il émet notamment de vives réserves quant à la recommandation de la Cour visant à concentrer les crédits sur six départements.

« Au regard des disparités qui peuvent exister au sein même d'un département, le ciblage des aides sur six départements ne semble pas adéquate pour répondre à notre objectif de réduction des inégalités territoriales et sociales. » souligne Eddie Aït, Maire de Carrières-sous-Poissy et Conseiller régional d'Ile-de-France. Prenant l'exemple du département des Yvelines, département classé parmi les plus riches de France, il rappelle que de nombreuses villes comptent des quartiers et cités souffrant d'une forte précarité sociale.

A Carrières-sous-Poissy, ville signataire d'un Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS) et dont une partie du territoire est classé en Zone Urbaine Sensible (ZUS), les aides accordées dans le cadre de la Politique de la Ville permettent notamment de mener des actions d'accompagnement scolaire et éducatif en faveur des populations fragiles. « Alors que nous traversons une période de crise qui n'en finit pas, tout changement brutal dans le mode de répartition des enveloppes budgétaires de la Politique de la Ville pourrait avoir de graves conséquences. » prévient Eddie Aït, Maire de Carrières-sous-Poissy et Conseiller régional d'Ile-de-France.

> La Politique de la Ville à Carrières-sous-Poissy

Dans le cadre de la Politique de la Ville, la Ville de Carrières-sous-Poissy bénéficie d'un Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS) signé avec l'État. Le CUCS concerne les quartiers et résidences Ronceray, Ernest Jolly, les Oiseaux, les Fleurs, la résidence sociale et rue des Écoles.

Les résidences Les Oiseaux, Les Fleurs, la résidence sociale et Rue des Écoles sont également classées en Zone Urbaine Sensible (ZUS) et bénéficient à ce titre de financements supplémentaires.

Un Programme de Réussite Éducative est également en place sur la Ville. Il permet d'accompagner les élèves les plus en difficultés à travers, par exemple, des ateliers de lecture « Club Coup de Pouce Clé ».

> Le CUCS de Carrières-sous-Poissy

Dans le cadre du CUCS, la Ville de Carrières-sous-Poissy, les bailleurs sociaux (EIFIDIS, la SADIF, LOGIREP), le bailleur privé OGIF, le gestionnaire ADEF, et leurs partenaires (le Conseil Général, le Conseil Régional, l'Etat, la CAF, les responsables de l'action sociale) ont engagé une démarche de Gestion Urbaine de Proximité (GUP) sur l'ensemble des quartiers d'habitat social de la ville (les Fleurs, les Oiseaux, les Ecoles, Ernest Jolly, Ronceray, le foyer ADEF) qui a abouti à la signature d'une Convention GUP le 8 juin 2007.

Afin d'inscrire la démarche de GUP dans un dispositif opérationnel structuré et d'élaborer des plans d'actions réactualisés et prenant en compte le point de vue des habitants, la ville a confié en octobre 2007 à un bureau d'étude extérieur, Habitat et Territoires Conseil, une mission d'assistance à maîtrise d'ouvrage de la démarche de GUP.

La finalisation de l'étude s'est traduite par la signature d'une nouvelle Convention GUP le 16 septembre 2010. Celle-ci a pour objet de réactualiser la démarche de GUP afin d'optimiser la pertinence et l'impact de ce dispositif.

Elle s'inscrit dans le cadre du Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS) et représente l'aboutissement d'un travail partagé mené par les partenaires. Ces derniers ont réalisé un diagnostic entre février et juin 2008, élaboré des plans d'actions d'amélioration sur les thématiques et secteurs prioritaires identifiés et défini conjointement des modalités de pilotage et de suivi. Elle intègre également la prise en compte du point de vue des habitants (ateliers habitants réalisés entre novembre 2008 et avril 2009). La dynamique du dispositif a été renforcée par l'engagement et le soutien de l'Etat, notamment dans le cadre des diagnostics GUP de l'ACSé.

Le nouveau plan d'action fait partie intégrante de la nouvelle convention et précise sur chaque thématique ou secteur prioritaire :

- Les dysfonctionnements constatés (date, description, analyse des causes).

- Les mesures engagées (action, responsable, degré de priorité, date de mise en œuvre envisagée, coût).

- Le suivi de la réalisation (date de relance, observation, date réelle de mise en œuvre).

Chaque année, il est actualisé et amendé ou modifié à partir du bilan de l'avancement de l'année précédente.


 
Plus d'info