• Carrières - 5
bandeau

Laïcité : le Président de la République répond au Maire de Carrières-sous-Poissy

  Vendredi, 15 Avril 2011 10:29
Communiqués / Carrières-sous-Poissy

Le 11 mars dernier, Eddie Aït, Maire de Carrières-sous-Poissy et Conseiller régional d’Ile-de-France, adressait un courrier de soutien à Dalil Boubakeur, Recteur de la Grande Mosquée de Paris, qui avait demandé publiquement au Président de la République d’annuler le débat organisé par l’UMP sur la place des religions en France et plus particulièrement celle de l’Islam. Ce courrier avait également été adressé au Président de la République.

Dans son courrier, Eddie Aït, Maire et Conseiller régional d’Ile-de-France avait tenu à rappeler son attachement au principe de laïcité. « Le débat réclamé par le Président de la République, en se focalisant sur l’Islam, stigmatise injustement toute une partie de la population française. C’est une idée qui met à mal les valeurs portées par notre République. » s’était indigné Eddie Aït.

Dans sa réponse, le Président de la République a tenu à confirmer son « profond attachement à faire vivre le principe de laïcité » et a précisé « La France ne doit pas céder sur ses valeurs parce qu’elles fondent notre pacte civique et social ».

A Carrières-sous-Poissy, la Municipalité est mobilisée autour des valeurs de respect et de laïcité. Elle a donc souhaité accompagner l'implantation d'une salle de prière pour la pratique du culte musulman.

Grâce à une large consultation avec l’ « Union des Musulmans de Carrières-sous-Poissy », la Ville a identifié un terrain qui accueillera la salle de prière, entre le Chemin de Beauregard et la Rue de la Reine Blanche. Un bail emphytéotique devrait être signé au cours du premier semestre 2011. « Ce lieu permettra à chaque citoyen de pratiquer sa religion, dans les limites pouvant être légitimement posées à l’exercice des libertés d’expression et dans le respect des principes laïques inscrits dans la loi du 9 décembre 1905. » souligne Eddie Aït, Maire et Conseiller régional d’Ile-de-France.

Par ailleurs, la réflexion est également engagée sur la création d’un espace réservé aux sépultures musulmanes au sein du nouveau cimetière communal.


 
Plus d'info